NAC : dangers et législation

Le NAC est l’acronyme de Nouveaux Animaux de Compagnie. Ce terme désigne normalement tous les autres animaux de compagnie outre les chats et les chiens. Les bêtes telles que les lapins, les rongeurs, les furets, les oiseaux et les reptiles sont classées en tant que NAC. Tout animal qui n’est habituellement pas adopté comme animal domestique est donc classifié comme NAC, même si cela devient, de nos jours, de plus en plus courant, surtout si l’on parle des rongeurs comme les hamsters et les cochons d’Inde, ou des reptiles comme les tortues et les lézards.

Actuellement, quand on parle de nouveaux animaux de compagnie, on fait surtout référence à des animaux plus exotiques, plus sauvages, et donc plus potentiellement dangereux. En effet, il devient très à la mode, et ce partout dans le monde, de domestiquer des animaux tels que les guépards, les singes et lémuriens, les loups ou même les sangliers et les hyènes.

Il est important de noter que l’élevage des NAC est soumis à des règles et à des lois qui sont variables d’une région à une autre. Si leur détention est interdite dans certaines villes, aucune restriction n’est opposée dans certaines autres. La classification des NAC change également d’un pays à un autre. Et en tant qu’animaux naturellement sauvages, il ne faut jamais oublier qu’élever des animaux exotiques présente potentiellement de nombreux risques.

La législation sur les NAC en France

En France, l’acquisition d’autorisation pour la vente et l’élevage de NAC dépend du type d’animal. Par exemple, s’il s’agit d’une race domestique de lapin, de cochon d’Inde ou de furet, une autorisation n’est pas nécessaire, parce que la loi a classé ces animaux en tant qu’animaux domestiques réguliers.

Par contre, s’il s’agit de tout autre animal n’appartenant pas à cette liste, il faut alors obtenir une autorisation. L’autorisation est bien évidemment soumise à de nombreuses conditions et restrictions, et ce en fonction de l’animal pour laquelle elle est demandée. Plus le niveau de danger que représente l’animal est grand, plus l’obtention de l’autorisation est stricte.

Pour élever un animal non domestique, et ce de manière non professionnelle et non commerciale, il faut donc faire une demande auprès d’un service public pour obtenir un certificat de capacité qui désignera le propriétaire de l’animal en tant que pratiquant d’élevage d’agrément.

Bien évidemment, des autorisations ne seront jamais accordées pour certains types d’animaux qui peuvent représenter un danger public, ou qui sont susceptibles d’être porteurs de maladies ; comme c’est le cas pour de nombreux primates d’Afrique.

Et avant de bénéficier d’une autorisation, les services publics effectueront certains examens pour déterminer votre capacité à élever l’animal. Il sera ainsi vérifié si vous avez les infrastructures et les moyens financiers nécessaires pour en prendre soin ; si votre élevage ne cache pas des retombés commerciaux. Des examens médicaux doivent également être effectués sur le NAC avant que l’autorisation ne soit délivrée.

Par la suite, le service public est également en droit d’effectuer des visites régulières pour s’assurer que les conditions de délivrance initiale de l’autorisation ont été respectées.

Les risques et dangers de l’élevage de NAC

Contrairement aux chiens, les animaux exotiques conservent leur nature sauvage. Même s’ils sont élevés pour le commerce des animaux de compagnie et domptés par des humains, ils peuvent être imprévisibles et relativement résistants à l’élevage. Dans certains cas, surtout à l’âge adulte, ils peuvent être dangereux, causant des blessures chez les êtres humains qui les approchent. Si vous avez des enfants en bas âge, il est fortement déconseillé d’adopter des NAC, parce que le danger est réel, tout autant pour vos enfants que pour vos animaux de compagnie.

Par ailleurs, les risques ne concernent pas uniquement les humains. Les animaux peuvent aussi être en danger, dans la mesure où ils sont élevés dans un environnement relativement différent de leur habitat naturel. Les problèmes les plus fréquemment observés concernent la croissance de l’animal, surtout pour les félins et autres grands animaux. Et le manque d’espace est aussi généralement problématique, causant parfois une certaine apathie chez les animaux ayant besoin de beaucoup d’espace pour courir et chasser.

Be the first to comment on "NAC : dangers et législation"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*