Les principales maladies des oiseaux

Pour la préservation de la santé de votre oiseau, soyez vigilant quant à l’apparition du moindre signe anormal. Un peu d’observation pourra lui éviter une maladie décelée trop tard et qui pourra lui être fatale. Quelques petits conseils pour déceler les pathologies les plus courantes.

Problèmes respiratoires

Le brouillard et une humidité excessive peuvent engendrer des problèmes respiratoires chez les oiseaux. Ils se manifestent par une respiration saccadée.

Il faut donc pallier à ce problème en fournissant à votre volatile un bon taux d’humidité et une alimentation adéquate.

Anémie

Elle est souvent causée par un habitat inadapté, une alimentation carencée ou des parasites (moustiques, poux rouges, acariens). Le bec, la peau et les pattes de l’oiseau pâlissent et celui-ci perd du poids. Il importe donc d’en soigner la cause, par une alimentation équilibrée notamment avec un apport de fruits et légumes pour les vitamines indispensables.

Engelures

Elles sont fréquentes chez les perruches et les inséparables. En hiver, il est impératif de protéger les volières extérieures du vent et des courants d’air. Les engelures se caractérisent par l’extrémité des pattes qui deviennent de couleur blanche et qui enflent.

L’application de vaseline permet le rétablissement de la circulation du sang et régénère les tissus.

Picage

Elle consiste, chez l’oiseau, à s’arracher les plumes ou celles de ses compatriotes. Le stress, l’ennui, la venue d’un nouvel oiseau et des dérangements fréquents peuvent en être la cause. Il peut également être dû à une alimentation carencée.

Il importe donc d’en déterminer la cause et d’y remédier pour le bien-être de votre oiseau.

Coccidiose

C’est une diarrhée sanguinolente accompagnée d’un amaigrissement et de présence de bave au coin du bec. L’animal peut décéder dans un délai de cinq jours si aucun traitement n’est apporté. Elle est souvent causée par une mauvaise hygiène ou par l’absorption d’une nourriture avariée.

Colibacillose

Elle se manifeste par une diarrhée verdâtre. Les causes sont identiques à celles de la coccidiose.

Acariose ou gale des pattes et du bec

Le bec du volatile présente une croûte grisâtre et ses pattes sont atteintes de calcification. En l’absence de traitement, le pronostic vital de l’oiseau est engagé. Elle provient d’un acarien qui vit dans un milieu insuffisamment nettoyé. Le traitement est diffèrent si l’on a affaire à un passereau ou à une perruche.

Psittacose

Elle est causée par le contact avec un oiseau contaminé et donne lieu à une somnolence inhabituelle, des tremblements, une soif importante, de la fièvre, une perte d’appétit, une respiration irrégulière et des fientes de couleur vert fluo. Elle peut se transmettre à l’homme et provoque alors des symptômes similaires à ceux de la grippe. Elle se traite à l’aide d’un antibiotique.

Problèmes intestinaux

Un oiseau qui somnole de façon anormale, qui a la diarrhée, qui manque d’appétit et qui boit énormément souffre sans doute d’une affection intestinale. Des parasites peuvent être mis en cause ainsi que des aliments avariés ou inadaptés.

Parasites

Les acariens et les poux rouges sont les principaux ennemis des volatiles. Ils leur provoquent des démangeaisons continuelles pouvant entraîner la chute des plumes. Un mauvais entretien de la cage est souvent mis en cause. es parasites peuvent être également apportés par un nouvel pensionnaire.

Pour identifier le parasite, il est conseillé d’apporter un échantillon de selle au vétérinaire qui, après analyse, apportera le traitement approprié.

Mue anormale

Elle se caractérise par une perte de duvet exceptionnelle, hors période de mue. Elle est due à un manque d’hygiène ou à une alimentation non appropriée.

Rétention d’œufs

Il s’agit de l’impossibilité, pour un oiseau, d’expulser l’œuf bloqué au niveau du cloaque. Une carence en calcium en est la cause. Il convient de ne pas forcer pour éviter l’écrasement de l’œuf. Il faut mettre l’oiseau dans une couveuse s’il est encore réactif, sinon, le conduire d’urgence chez le vétérinaire.

Germes pathogènes

Les souris et les petits rongeurs, qui aiment squatter les nichoirs, sont fréquemment porteurs de gènes pathogènes. Les oiseaux installés dans des volières extérieures acceptent facilement leur présence. L’état de propreté de la cage n’est pas mis en cause pour autant.

Be the first to comment on "Les principales maladies des oiseaux"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*